Déco, brocante et mobilier vintage : mes conseils pour bien chiner

Chiner est pour vous une habitude ou vous êtes peut-être novice en la matière. En tout cas, vous êtes charmé.e par les objets et le mobilier vintage. Alors vous avez tout naturellement envie d’aménager votre intérieur avec des pièces qui ont vécu. Je suis comme vous et j’en ai même fait une « marque de fabrique » dans mon activité professionnelle. Réemployer mes découvertes dans la conception de meubles sur mesure est une de mes spécialités. Aujourd’hui, j’ai envie de partager avec vous mes astuces de pro pour être vraiment efficace.

Pourquoi chiner ?

Les types d’objets que l’on peut chiner sont innombrables et l’on peut avoir plusieurs raisons de vouloir s’adonner à cette activité. Ne serait-ce que pour ressentir l’excitation de « la bonne trouvaille », qui fait frémir tous les chineurs, professionnels comme amateurs.

Pour l’authenticité et la qualité

Dénicher un beau meuble d’époque dans une brocante pour amener caractère et authenticité à notre maison est bien souvent la motivation numéro 1. La patine du temps sur le bois ou la pierre, le design Art déco ou les motifs années 60 apportent une touche de personnalité incomparable.

Certains d’entre nous sont allergiques à la déco standardisée des grandes enseignes d’ameublement. Ils préfèrent dénicher du mobilier qui raconte une histoire, des pièces rares et généralement uniques. En fait, ils n’ont tout simplement pas envie de vivre dans un intérieur qui ressemble à celui de tout le monde. Ils savent en plus que les meubles anciens sont bien souvent de meilleure facture.

Une ancienne porte d'entrée reconvertie en porte d'intérieur montée sur rail. Pour une déco authentique

Cette ancienne porte d’entrée reconvertie en porte d’intérieur, sur rails, ne donne-t-elle pas à cette salle à manger un cachet fou ?!

Pour l’écologie et l’économie

On peut aussi avoir besoin d’arpenter les vide-greniers pour l’argument du coût. Acheter en recyclerie ou chez Emmaüs est la plupart du temps bien meilleur marché. Il suffit ensuite d’un peu d’imagination et d’huile de coude pour rénover une jolie table de campagne et lui redonner de l’éclat.

Ces carreaux de ciment ont été trouvés après une longue recherche sur Le Bon Coin. Ils proviennent de l’entrée d’une maison des années 30 et ont coûté 80 euros. Est-ce qu’ils ne vont pas être bien pour leur nouvelle vie dans cette salle de bain parentale ?!

Récupération de carreaux de ciment de l'entrée d'une maison des années 30 et reconstitution du décor
Déco d'une salle de bain à partir de carreaux de ciment trouvés sur LeBonCoin

Participer à l’économie circulaire est un motif de plus en plus clairement affiché. Acquérir des objets auxquels une personne en insertion a redonné vie, réutiliser de vieux outils au lieu de les acheter neufs ou upcycler des matériaux anciens sont autant de manières de diminuer son empreinte carbone et de favoriser le local.

Comment chiner ?

Comme nous l’avons vu plus haut, chacun a ses raisons pour chiner. Chacun a donc sa façon de le faire. Mais si votre but est d’intégrer de manière naturelle des morceaux choisis d’histoire pour obtenir l’effet « on dirait que cela a toujours été là », alors certaines méthodes sont à utiliser de manière raisonnable, d’autres à privilégier.

La méthode prévoyance 

C’est la mienne et c’est ainsi que je fonctionne lorsque je conçois du mobilier sur mesure pour mes clients. Commencez par définir précisément la fonction du meuble, ainsi que sa forme et ses dimensions générales. Il vous faut ensuite décider du ou des matériaux qui seront utilisés. Puis vous inspirer.

Si je souhaite par exemple fabriquer un placard avec des portes anciennes en bois, je vais dans un premier temps trouver de l’inspiration sur Pinterest en tapant ces mots clefs et « bois » dans la zone de recherche. Je vois alors rapidement apparaître des solutions qui me plaisent : persiennes, volets, portes de granges… J’adore !

Une fois que j’ai fait mon choix (par exemple, des persiennes dans ce projet là) je détermine les caractéristiques techniques auxquelles elles devront nécessairement répondre. Doivent-elles être fixées sur du placo ? Quelles dimensions (minimales et maximales) doivent-elles respecter ? Quel poids ne doivent-elles pas dépasser pour être utilisables ? Etc. Ensuite, il ne me reste plus qu’à aller à la recherche de l’élément idéal. Pour cela, je dispose d’un carnet de bonnes adresses.

La méthode opportuniste 

Elle consiste à fréquenter régulièrement les vide-maisons, brocantes et autres marchés aux puces. On cherche alors tous azimuts pour tomber sur des pièces qui attirent notre attention.

À moins d’être un professionnel qui rénove et revend ses acquisitions, on peut rapidement être débordé par des achats compulsifs. Le risque, c’est l’accumulation qui mène à l’encombrement de notre intérieur. Ce n’est évidemment pas ce que l’on souhaite. En optimisation d’espace, c’est même tout l’inverse !

Cette méthode est donc à réserver à la recherche de petits accessoires de décoration pour se faire plaisir.

L'intérieur d'un brocanteur, plein d'antiquités

Où chiner ?

Avec l’accroissement de l’économie circulaire et la tendance vintage qui dure, les endroits où chiner se sont multipliés et diversifiés. Néanmoins, 2 grandes catégories se distinguent par leurs avantages et leurs inconvénients respectifs.

La vente en live

Il s’agit bien évidemment des brocantes, des marchés aux puces, d’Emmaüs, des recycleries, des vide-greniers. On y fait de bonnes affaires, souvent inattendues. L’avantage est que l’on peut voir le produit, le toucher, le comparer avec d’autres. On peut facilement discuter avec le vendeur, peut-être aussi marchander pour jouer le jeu.

Meubles et antiquités à chiner dans les brocantes, vides-greniers et puces

Les trottoirs des beaux quartiers, à visiter la veille du ramassage des encombrants, représentent une sous-catégorie gratuite très intéressante, avec parfois de belles surprises à la clé.

En revanche, si l’on souhaite chiner en live, il faut obligatoirement être disponible pour se déplacer. Il est préférable de se renseigner sur les dates des nouveaux arrivages et de venir tôt le matin pour être les premiers servis. En outre, on ne sait absolument pas ce que l’on va trouver à l’avance, cela augmente l’excitation, mais cela diminue l’efficacité.

La vente en ligne

Les sites de brocante en ligne se sont multipliés et professionnalisés depuis la création du Bon coin. Emmaüs a également fini par créer son site en ligne. Lorsque l’on manque de liberté de mouvement, c’est idéal. On peut réaliser d’excellentes affaires tout en étant confortablement installés chez soi, ou pendant sa pause déjeuner. Il est aussi plus facile de cibler sa recherche et de balayer un grand nombre d’articles en peu de temps.

Le revers de la médaille, c’est que l’on ne voit pas réellement les pièces et c’est un inconvénient majeur puisqu’il s’agit d’objets anciens. Il est difficile de se fier à une simple description lorsque l’on ne connaît pas le sérieux de l’enseigne. Néanmoins, de nombreux sites garantissent désormais des produits vérifiés.

Quelques-unes de mes bonnes adresses

En local, dans la région lyonnaise :

  • Le marché aux puces de Villeurbanne : Les Puces du Canal
  • Les boutiques Emmaus / l’Armée du Salut de la rue de Créqui à Lyon, de Villeurbanne etc.
  • Les sites qui répertorient les marchés d’antiquités et vide-greniers, comme Vide-greniers.org

En ligne :

Cet article vous a donné des idées et a stimulé votre âme de chineur ? Partagez et commentez-le. Vos bonnes adresses sont aussi les bienvenues pour enrichir cette liste !

—————————–

Crédits photo :

En couverture : l’intérieur de @la Maison du Pati

1) Pinterest / @côté maison

2 et 3) Moi, Julie Coulon

4) Extrait du site www.retromantisch.com/

5) Les Puces du Canal

 

Vous avez aimé cet article, partagez-le !